Pour devenir le leader d’une entreprise qui reste à inventer, un artisan des pâtes fraîches doit savoir se transformer en un entrepreneur avant-gardiste, doté d’un instinct infaillible.
Voici l’histoire de Giovanni Rana.

  • 37
  • 60
  • 62
  • 65
  • 71
  • 80
  • 12
  • 37
  • 60
  • 62
  • 65
  • 71
  • 80
  • 12
1937

Dès le 15 octobre 1937, quand il est né à Cologna Veneta près de Vérone, Giovanni sème un peu le trouble dans la famille Rana. Il préfère le travail manuel aux études et en 1950, âgé d’à peine 13 ans, il rejoint ses frères dans la boulangerie familiale à San Giovanni Lupatoto.
Giovanni apprend rapidement les secrets de la panification, mais l’avenir qui l’attend est fort différent de ce que tout le monde avait imaginé pour lui.

1960

Au cours de la dizaine d’années passées dans la boulangerie familiale, Giovanni découvre qu’il souhaite garder les mains dans le pétrin mais, s’inspirant des grands-mères de la région, son attention se tourne vers un type particulier de pâtes faites main : les tortellini. "Quel fiol xe mato" (ce fils est fou) s’exclame, incrédule, sa mère quand elle le voit pour la première fois avec des œufs, de la farine et un rouleau à pâtisserie.

1962

Les portes du Pastificio Rana ouvrent officiellement le 28 mars 1962. Une première étape remarquable à fêter, mais il est hors de question maintenant de s’arrêter. En effet, deux mains pour pétrir les tortellini ne suffisent plus ; elles deviennent d’abord quatre, puis huit, et bientôt seize, jusqu’à ce que Giovanni comprenne qu’il est temps d’adopter une nouvelle stratégie de croissance.
Les pâtes fraîches faites main, selon une tradition italienne transmise de génération en génération, sont prêtes à devenir des pâtes fraîches à produire à l’échelle industrielle.

1965

Les machines disponibles à l’époque s’avèrent peu efficaces pour le type de production auquel Giovanni pense. Aidé par des ingénieurs et des mécaniciens du coin, il conçoit et met au point de nouveaux équipements en mesure de répondre à la demande croissante de quantité et de variétés de pâtes.
L’investissement est colossal et pèse lourd, mais il est remboursé rapidement: la production passe de de 15kg de tortellini par heure à des centaines de kg par heure… beaucoup trop pour entrer dans le panier de son vélomoteur !
Pour les pâtes farcies de Giovanni Rana, l’heure est venue de se préparer à voyager dans toute l’Italie.

1971

C’est le début des années 70 et l’entreprise a besoin d’une plus grande usine. Pour Giovanni, cela va de soi de la construire à San Giovanni Lupatoto, près de sa nouvelle maison.
Il n’y a pas que les affaires qui vont bon train ces années-là, mais aussi l’ambition de Giovanni, et plus son attachement à sa terre se renforce, plus son idée d’ouvrir la distribution des produits Rana à de nouveaux marchés, autres que l’Italie, fait son chemin.

1980

Les familles italiennes adorent déjà Giovanni et ses tortellini quand Gian Luca, son unique fils et actuel Directeur Général, commence à travailler au sein de l’entreprise. Comme il a vu son père le faire, il rêve en grand et son premier objectif est d’amener dans toute l’Europe les produits Giovanni Rana et la joie de la bonne cuisine italienne.
En quelques années, son rêve se réalise, mais avec une telle zone de chalandise il faut trouver une nouvelle manière de se faire connaître et de toucher le cœur des gens. L’entreprise commence à investir en publicité et Giovanni accepte d’en être le visage.

2012

Non seulement le rêve qu’avait la famille Rana de débarquer avec ses propres produits en Amérique se matérialise, mais il devient encore plus grand ! La première usine à Chicago et le premier restaurant à New York, dans le quartier exclusif de Chelsea Market, ouvrent pratiquement au même moment.